Editos de Chantal

Le 26 septembre 2022

  Chères adhérentes Littor’Elles, 

     Je suis très heureuse de vous présenter notre  livret de rentrée 2022 que nous voulons à l’image de nos valeurs et de vos attentes. C’est avec le même esprit pionnier d’indépendance que celui des débuts de notre aventure, d’expérimentation, de liberté que je vous invite à parcourir nos propositions. C’est une programmation variée que nous proposons alternant  sorties, concert et conférences et grâce à  cette diversité d’approches originales, nous souhaitons tisser encore plus de  liens entre les adhérentes, vos  invitées et les femmes  qui pourront nous rejoindre cette année.  Je remercie chaleureusement celles parmi vous  qui ont déjà invitées des amies lors de nos dernières manifestations car elles apportent ce renouvellement qui permet à l‘association  de rester en équilibre financier, de conserver l’harmonie qui a fait notre force et notre réussite.  

      2023 sera une année particulière pour moi car je fêterai  les 30 ans de la première invitation qui a donné naissance à Littor’Elles quelques mois plus tard. Mais seule qu’aurais-je fait ?  La réussite de l’association je la dois à mon bureau, à des femmes qui m’ont accordé leur confiance, toujours disponibles avec le sourire et l’enthousiasme pour une nouvelle aventure, aussi efficaces aujourd’hui que les années précédentes, des professionnelles et des amies. Ce sera leur fête en 2023 et la vôtre surtout. Merci pour votre fidélité, merci pour votre soutien. Le temps n’imprime pas de rides  chez Littor’Elles, la vraie recette de  notre éternelle  jeunesse c’est l’amitié et la curiosité, trésors de notre association. La réussite de nos journées tient autant à la recherche de l’équilibre entre la culture, les échanges, le choix des lieux, le temps du repas qu’au programme  et non à  la rentabilité contrairement à d’autres associations. Un choix  harmonieux en temps de trajets et de visites pour la journée, la recherche du confort aussi bien dans le car que sur  place , une organisation solide et efficace,  une structure financière en équilibre, une attention particulière  accordée  à l’accueil et aux échanges, un soupçon  de folie, de piment pour éviter que nos journées soient fades et banales, voici la recette inchangée depuis 30 ans. Je crois que c’est une très bonne recette ! Littor’Elles est une adresse culturelle  intournable dans la région pour les  femmes qui cherchent la nouveauté, l’originalité et la qualité. Je suis tellement fière du bureau qui a maintenu les mêmes critères et obtenu les mêmes réussites dans la durée. C’est un exploit. Ensemble nous avons toujours à cœur de rayonner dans les Hauts de France, la Belgique et j’espère de nouveau le Royaume Uni, pour l’instant hors budget. 

     Dans une atmosphère mondiale instable sur la quelles nous n’avons pas de prise, je vous propose un programme  équilibré, harmonieux, adapté à chacune. A mesure que le temps passe, rester en équilibre se complique, le corps ne répond pas toujours et les risques de chute ou de déséquilibre peuvent arriver. Vous l’avez certainement observé. Aussi j’ai demandé à  Monsieur Michael Legrand, Posturologue, avant notre Assemblée Générale du lundi 26 septembre  de nous donner des conseils   pour  améliorer  notre posture, clef de voûte d’un corps en bon état de marche  pour nos ballades ! 

« La recherche de l’équilibre est un des fondamentaux de la technique en danse de manière générale. Tout comme dans notre vie de tous les jours, l’équilibre est omniprésent. En danse, il se réfère au centre de gravité et à l’auto/grandissement de la colonne vertébrale. » 

Le centre de gravité n’est pas le même chez tout le monde, chacun doit trouver le centre qui est le sien pour ensuite travailler en ayant conscience de son existence. Trois éléments pour obtenir l’équilibre, le regard, l’oreille interne et le pied

C’est à  Bruxelles le mardi 11 octobre, que nous aurons  la démonstration de cet équilibre  complexe  chez les danseurs, les chanteurs, également entre la musique et  le chant, entre  la mise en scène  et les artistes, entre la scène et la salle, entre les lumières, les costumes et les décors.  Comme la visite de la Monnaie a été compliquée à organiser et que celle de la maison de Béjart est réservée à un public averti, inscrivez- vous  rapidement   et invitez vos amies. 

     « Le principe fondamental du jardin japonais se veut être l’expression de la nature elle-même. Au Japon, selon l’héritage taoïste, celle-ci est sacrée, simple d’équilibre et d’harmonie. Le jardin japonais cherche donc à se rapprocher de cet équilibre en offrant une version miniature de l’environnement naturel. ».Je  vous invite, le vendredi 30 septembre, à une promenade guidée par Constance Barrault dans les jardins asiatiques  du  Musée Albert Kahn à Boulogne Billancourt, ouvert récemment après des années de travaux, ces jardins conçus pour l’harmonie entre le Yin et le Yang

    Sans reprendre le métro, nous visiterons l’étonnant  Musée des  années 30 proche de l’Hôtel de Ville un bijou méconnu où se côtoient les plus grands noms de  l’avant-garde créatrice de l’entre- deux- guerres, les plus grandes signatures de l’architecture contemporaine. C’est l’époque des paquebots de légendes,  le transatlantique «  Ile de France » ambassadeur de l’art déco français, des réalisations de Le Corbusier, Mallet Stevens qui a construit la villa Cavrois que nous avons visitée, des meubles de Charlotte Perriand et Jean Prouvé, des œuvres de Lolita Lempicka, égérie publicitaire. Alors embarquez pour Boulogne Billancourt  Années 30.  

     L’instabilité  géopolitique mondiale  depuis la guerre en Ukraine a fait renaitre des peurs imprévisibles. Face à ces interrogations existentielles dans un contexte qui donne à l’homme des moyens de destructions ,de désordre et de désolation, le souci des artistes  est de matérialiser ces peurs, de proposer un équilibre entre la  fantaisie de la création et la sobriété des moyens , entre le souci de l’écologie et la sécurité des personnes, équilibre entre le monde animal, végétal et humain interconnecté et symbolique. Les deux expositions de Lille 3000 vous invitent  à une réflexion sur cet équilibre précaire ou disparu.  Vous serez certainement perturbées, mal à l’aise, mais alertées par les thèmes  abordés  par des artistes non-conformistes, expérimentateurs  en majorité d’Amérique du Sud. Le philosophe Edgar Morin dans son ouvrage sur l’Esthétique affirme que « les artistes, créent dans un état post-chamanique c’est à dire sans même en avoir conscience, en connexion avec le vivant. » Le voyage chamanique est une pratique que l’on retrouve dans différentes traditions ancestrales de par le monde. Le tambour y est central. Maître intermédiaire entre les mondes visibles et invisibles, il en ouvre les portes, par le chant de ses vibrations. C’est un lien sonore qui nous met naturellement dans un état de conscience modifié. 

Le  chamanisme est à la mode comme un remède aux angoisses sociétales  et sociétales. On parle de thérapies du troisième millénaire ! Vous ferez votre opinion à ce sujet lors de la journée Lille 3000. 

     Le mouvement n’est jamais statique!  Même dans la recherche et le maintien d’un équilibre le mouvement est là, ne serait-ce que pour s’ancrer toujours plus profondément dans le sol et pour se grandir toujours plus haut vers le ciel. Si je devais choisir une devise ce serait celle -là ! Cette recherche de l’harmonie entre mon corps, les pieds sur terre et  et mon regard, mes aspirations, mes rêves. L’homme est le média entre la terre et le ciel, sans cesse il doit chercher à maintenir l’équilibre pour ne pas chuter physiquement ou spirituellement. Pour l’aider à tenir debout, à élever son âme les civilisations ont construits des édifices qui symbolisent cette peur et cette aspiration, des temples Grecs, des  édifices religieux et même des tours. Au milieu du Chaos naturel, du déséquilibre fondamental se cache un ordre naturel parfait. Ce sera notre conférence /voyage en Grèce de Monsieur Bonnier  le mardi 22  novembre.  C’est à cette quête que je vous invite ce trimestre.  

Nos sorties qu’elles soient  dynamiques  ou cocooning, nos  conférences qu’elles vous  bousculent, élargissent votre vision du monde, conférence  de Monsieur Defebvre du Lundi 7 novembre  sur la situation géopolitique mondiale ou vous comblent de douceur et de tendresse en musique ont un seul objectif  vous satisfaire pour que vous repartiez avec le sourire et le désir de revenir. 

          Chères adhérentes Littor’Elles, je vous invite à retenir la date du Jeudi 1er Décembre pour notre concert de l’Avent afin de conclure en  beauté ce voyage initiatique et transatlantique loin du  monde déchiré et incertain qui nous environne.  Comme la marée, laissons-nous bercer par le flux et le reflux harmonieux de nos rencontres.

Bien dans son corps, bien dans sa tète, bien dans son cœur, voilà le programme !

Chantal Bertrand, 

Présidente de Littor’Elles

===========================================================================

Paradis perdus ?

Savez-vous pourquoi nous aimons tant le printemps ?
Fleurs et promesses de fruits, oiseaux qui chantent, jours infinis qui mangent
l’obscurité, sensation de légèreté et promesse de vitalité. Le printemps c’est un
bouquet du paradis, parfum des roses, douceurs des pétales, énergie des tiges,
harmonie de l’ensemble et comme un bouquet, un jour il se flétrit, se fane et
retour à la terre. Il nous reste l’évocation et la nostalgie du paradis perdu et les
liens qui maintenaient les fleurs entre elles. Nos aventures Littor’Elles sont aussi
des petits paradis éphémères, dont nous gardons mémoire avec nostalgie une
fois rentrés chez soi et mis bout à bout depuis plus de vingt ans ils nous
donneraient peut-être comme les pièces d’un puzzle géant, un avant-goût de
l’Éden !
Pour terminer cette année qui doucement se remet d’une longue convalescence,
je vous invite à faire monter la sève jusqu’aux yeux, dynamiser votre force et
votre confiance ; c’est ce que nous proposera Capucine Clayton, professeur de
yoga pour une conférence sur le yoga des yeux. C’est simple, ludique et
terriblement efficace. Essayez !
Fidèle à notre ADN de départ, je cherche des lieux raffinés, élégants, somptueux
comme le Royal Hainaut à Valenciennes en Mars. C’est à Saint Omer que je
vous emmène en Mai et vous ne serez pas déçue. Je vous invite au « Palais de la
Cathédrale » entièrement restauré, meublé, décoré. Nous serons accueillies par
Jean Luc Montois, le propriétaire qui évoquera le temps de la visite l’histoire
du Palais, la restauration du bâtiment, la décoration, le mobilier 18 ème , les objets
d’art tout un ensemble harmonieux et raffiné. « « Cette maison, c’est la nôtre.
Nous y vivons au quotidien. J’ai beaucoup voyagé dans ma vie et je collectionne
les beaux objets, les œuvres d’art depuis mon plus jeune âge. Cette maison, c’est
un endroit parfait pour les mettre en valeur. Aujourd’hui, mon objectif est de les
partager et d’assurer l’avenir de cette maison et de tout ce qu’elle contient »
explique le Lillois d’origine. Confortablement installées dans les fauteuils
Empire, thé et pâtisseries seront servies dans la vaisselle en porcelaine de
Sèvres.
Un petit paradis qui se racontera de bouche à oreille.

Nous terminerons l’année par une belle journée de printemps au Domaine de
Mariemont. Conçu au XIXe siècle comme parc d’agrément et de collection, le
parc de Mariemont intègre un certain nombre d’arbres multiséculaires qui
remontent à l’ancien domaine royal. Le parc de Mariemont est un des plus beaux
de Belgique. Entièrement clos de murs, il couvre une superficie d’environ 45 ha,
auxquels il faut ajouter celle de l’allée d’accès, dite «drève de Mariemont», et des
vergers attenants sur une profondeur de 35 m de part et d’autre. Il conserve pour
l’essentiel l’aspect qu’il avait au début du XXe siècle. Le noyau en a été dessiné
en 1832 par Charles-Henri Petersen sur le modèle des jardins anglais de
l’époque, où une alternance subtile de pelouses, d’étangs et de massifs de
frondaisons, parcourus de chemins sinueux, cherche à évoquer l’aspect
naturel des sites boisés et à mettre en valeur la beauté des vallonnements.
Raoul Waroqué amateur éclairé et éclectique a consacré une grande partie de sa
fortune à acquérir des chefs-d’œuvre de l’Antiquité classique. Mariemont est l’un
des rares endroits en Europe du Nord où vous pouvez admirer des fresques
réalisées pour une villa de Pompéi (Boscoreale) ou de nombreuses statues
grecques et romaines, mais également une très belle collection d’antiquités
égyptiennes, notamment la statue monumentale de Cléopâtre (trois mètres de
haut, cinq tonnes). Intéressé par les philosophies orientales, le grand mécène de
Mariemont a également ramené, lors d’un séjour en Extrême-Orient, un nombre
considérable d’œuvres chinoises et japonaises. Ces collections ont fait l’objet
d’accroissements importants, au point de former un lieu désormais
incontournable pour apprécier, en Belgique, les civilisations orientales. Vous
pourrez notamment voir ainsi l’un des seuls véritables pavillons de thé exposés
dans un musée occidental, où se déroulent, à intervalles réguliers, des
cérémonies du thé.
Ces trois propositions conjuguent, le partage, harmonie et la beauté autant
de caractéristiques que l’on attribue au Paradis. Vous connaissez certainement
les deux récits de la création dans la Genèse et la place de l‘homme et de la
femme dans la création du monde. Que vous soyez croyante ou pas, qu’est ce
que ces textes disent de la femme aujourd’hui ? Que disent-ils du paradis ? Que
disent-ils du couple ?
Dans les récits de la création du monde tel que l’imaginent les religions
bibliques, Adam et Ève sont les premiers êtres humains créés par Dieu. Leur
histoire est racontée dans la Genèse, premier livre de la Bible, ainsi que dans le
Coran. Selon la Bible, ces premiers humains sont placés dans un jardin
merveilleux dont ils n’ont qu’à cueillir les fruits pour se nourrir : c’est le jardin
d’Éden.
Ils en seront chassés après avoir mangé du fruit de l’arbre de la connaissance du
bien et du mal. De ce récit éternel de la tentation, incarnée par Ève est né la
malédiction que la femme subit encore aujourd’hui dans le monde. J’aimerais

réhabiliter Ève, reconnaître non pas son ignorance mais sa curiosité, non pas sa
culpabilité mais sa liberté malgré l’interdit de Dieu, sa séduction voile de la
beauté et l’importance qu’elle donne à l’amour, au partage et au couple ?
Ensemble ils transgressent, ensemble ils concevront l’humanité. Avez-vous un
jour fait le choix de braver un interdit ? Avez-vous privilégié l’amour au
détriment de votre indépendance ? Avez-vous opté pour davantage de liberté de
penser ou d’agir en dépit des difficultés qui en résulteraient ? Ces choix ont eu
des conséquences sur votre quotidien, votre famille, votre travail. Être chassé du
Paradis pour affronter la réalité, symboliquement arriver au monde, naître et
renaître, survivre aux guerres, aux maladies, aux séparations, prendre des risques
et les assumer. Ce qu’on qualifie aujourd’hui de résilience. Voilà la force de
notre premier couple. Dans les deux récits, la première femme est la première
pensée libre de l’humanité, elle veut comprendre, soif de ce fruit qu’est la
connaissance du bien et du mal, désir de s’émanciper au risque de la colère
divine, elle affrontera les conséquences de son acte, la douleur comme la joie, la
peur du vide et la force de l’espoir qu’un jour nouveau est possible.
Tout travail de création passe par une œuvre de séparation, de mise en ordre, y
compris dans notre vie, dans notre être. De deuils en deuils il faut avancer et
chercher de nouveau l’équilibre et l’harmonie. Que d’abandons dans la vie ! Que
de cris de désespoirs résonnent en nous et autour de nous. Chassés du paradis,
l’humanité a vogué ainsi au cours de l’histoire pour trouver où poser sa tente,
où construire sa maison, où abriter sa famille. Le matin je vis en paix avec les
miens, les enfants partent à l’école, on se retrouve pour le dîner et le soir la
guerre frappe à la porte sans prévenir, il faut fuir. Le travail d’harmonisation se
fait progressivement et douloureusement. Rien n’est acquis pas plus pour Adam
et Ève que pour nous. Le défi de l’être humain, marqué par le manque dès sa
création, est de mettre fin à sa solitude fondamentale. Et la sexualité, parce
qu’elle est conçue comme la rencontre de deux visages qui se regardent, est
l’aboutissement de sa quête. L’harmonie de la création se décline dans
l’équilibre fragile de l’amour, dans les forces qui tout en s’opposant construisent
un édifice sur lequel les générations pourront s’appuyer pour trouver la stabilité
sur une terre à la dérive. Du chaos nait la création. Au sein de l’histoire réside
le tragique, la mort s’empare toujours de la vie, les coccinelles mangent les
pucerons, le chat attrape l’oiseau et l’homme tue l’homme par ambition,
jalousie, vengeance… Alors le paradis, illusion, conte de fée ou leçon de vie ?
Pas de retour en arrière, pas de regrets. Comme nos premiers parents, il faut
affronter en face ce qui arrive sans en avoir connaissance. La beauté de la vie est
à la fois réminiscence de la beauté première celle du premier couple et
promesse d’un paradis à construire ici et maintenant. A nous de chercher au sein
de notre histoire, ces petits paradis qui se cachent sous de grandes misères, ces
instants de grâce éphémères et merveilleux à la fois, ces jardins fleuris du

printemps. En souvenir d’un paradis perdu, à mesure que mon temps s’écoule, je
façonne l’itinéraire de ma vie à mon image, je fais œuvre de création, j’accorde
à la source intarissable d’un sourire, d’une larme, d’une émotion, d’une parole
la même intensité que celle de Adam à la vue de Ève et d’Ève se réveillant à
côté d’Adam. J’installe mon corps et mon esprit dans ce bien-être paradisiaque
qui transcende tous les maux du quotidien.
Ainsi pour ce trimestre, chère adhérente de Littor’elles, je vous invite à la
célébration de la beauté, une ode à la vie et l’amitié.

Votre Présidente,
Chantal Bertrand

Namasté

 Le mois de janvier souvent morose influence notre état physique et mental.  Je vous invite à respirer cette nouvelle année comme une fleur qui s’ouvre  lentement à mesure que les jours rallongent et choisir l’axe central autour duquel  vous rayonnerez en 2022. Après trois années léthargiques, Littor’Elles aussi  doit se fixer un cap pour vous emmenez vers des territoires inconnus, inviter des  professionnels qui partagent davantage leurs expériences que leurs  connaissances et apporter cette énergie de l’harmonie que vous ressentez à  chaque rencontre, notre ADN 

Afin de mettre en mouvement cette année, se projeter dans d’autres lieux,  d’autres temps, d’autres cultures alors que nos petits avions personnels sont  encore cloués au sol, j’ai décidé de vous emmener au bout du monde en janvier  et mars au Tibet et à Taiwan.  

La Chine a du mal avec les « marches » de l’empire. Hong Kong, Taiwan,  Xinjiang, Tibet…  

Ces quatre territoires ont des statuts différents, sont tous les quatre perçus par  Pékin comme parties inaliénables de la nation chinoise, mais tous les quatre ont  des rapports tendus avec le pouvoir chinois. 

Taiwan, promise mais toujours rebelle. Pendant longtemps, le pouvoir chinois a  joué de la menace d’une action militaire pour amener la « province rebelle »  de Taiwan et ses 23 millions d’habitants à la réunification avec la « mère  patrie » chinoise. 

Tibet, résistance spirituelle. Le gouvernement chinois maintient une main de fer  sur le Tibet, combattant énergiquement toute velléité « séparatiste », comme il  les nomme, tout en encourageant le peuplement Han. Et les quelques séances de  négociation qui ont eu lieu ces dernières années entre Pékin et l’entourage du  Dalaï Lama n’ont jamais permis la moindre avancée. Le Tibet que je connais  comme vous grâce aux reportages sur le bouddhisme et le Dalaï Lama a  toujours fasciné les occidentaux C’est la rencontre avec Jeanne Mascolo de  Filippis tout aussi aventurière que sa célèbre héroïne Alexandra David-Neel  qui a été décisive. Jeanne est la personne qui aujourd’hui connait le mieux  l’histoire du Tibet. Elle projettera un film qu’elle a tourné pour Arte et nous  présentera son très beau livre  

« Alexandra David- Neel, Cent ans d’aventure ».  

Une belle rencontre que celle de Constance Barreault. Vous aviez beaucoup  apprécié ses conférences ainsi que la journée parisienne au musée Cernuschi et  au Musée Guimet.

Elle a publié récemment un livre « Taiwan et moi » une approche de la  civilisation chinoise. Comme elle a vécu plusieurs années à Taiwan, elle est la grande spécialiste de cette Île surprenante et captivante.  En parallèle avec mon objectif de vous embarquer pour des rencontres et des  découvertes alors que nous avons été frustrées depuis trois années, j’ai le  projet+, le jeudi 7 avril, de vous emmener sur les traces des hommes et des  femmes qui ont réalisé leur désirs profonds grâce à leurs talents, leur travail et  leur obstination au risque de perdre leur patrimoine, leur réputation, la  considération de leur entourage et parfois leur vie comme Saint Just, le  Révolutionnaire dont nous visiterons la maison à Blérancourt avant le musée.  Nous ferons ensuite connaissance lors de notre journée d’avril avec Anne  Morgan engagée auprès des soldats américains blessés pendant la première  guerre mondiale et à qui nous devons la création du premier Musée Franco Américain que nous visiterons. C’est l’axe central de notre année et pourquoi  pas le vôtre ! Comment ferons- nous pour transformer 2022 en une grande  année, quelle part de mon temps je vais consacrer à mon plaisir, à exploiter le  talent que je cache comme un diamant dans mon cœur ? Chacune d’entre vous  recèle certainement une œuvre en germe, une réalisation qui ne demande qu’à  émerger. Après ces années où le temps a été suspendu comme un oiseau en plein  vol, je vous propose grâce à ces rencontres qui peuvent vous motiver, d’atterrir  et réaliser vous aussi votre part de rêve et de voyages .  Je continuerai à alterner conférences et sorties, certaines adhérentes, ne pouvant supporter de longs trajets en car ne doivent pas être privées du plaisir de voyager  et partager le plaisir de retrouver des amies, d’autres adhérentes ne peuvent se  libérer pour la journée, ont charge d’enfants ou petits enfants. L’essentiel est de  vous accueillir chez nous pour que vous soyez chez vous, de vous faire traverser  le miroir comme Alice au pays de Merveilles deux heures ou une journée. ! 

Mary Poppins Walt Disney 1964

Depuis la pandémie, nos  mains transmettent le virus. Le  sens du toucher a été malmené  et sans cesse nous  badigeonnons nos mains d’un  désinfectant. Tristes mains.  

Que ferions-nous sans ces  mains, ces doigts ? Je vous  propose de prendre cette  année en main, de la prendre  par la main. Poser vos mains  devant vous, observez-les. Que  d’histoires elles vous racontent, que d’expériences inscrites dans les sillons, les  jours heureux des caresses, les douces tendresses de l’amitié, les méandres des  désespoirs, les douleurs physiques et les peines de cœur. Cette année ne  laissons pas le temps imprimer sa marque davantage, de mains en mains  envolez-vous, attrapez vos rêves par la main pour les réaliser.  

Fatigue, stress, soucis divers, savez-vous qu’un simple geste des mains et des  doigts permet de ressentir du soulagement au niveau du corps et de l’esprit ? Les Mudras ? Vous connaissez ? Les mudras sont des gestes des mains dont  l’origine remonte aux temps de l’Inde védique, il y a plusieurs millénaires. Le  mot Mudra signifie : « Geste qui vient sceller un circuit d’énergie ». Le corps  humain est rempli de canaux et de systèmes énergétiques. En plaçant nos mains  de façon à accueillir et canaliser ces énergies, nous arrivons à produire un effet  sur le reste de notre être. Nos mains et nos doigts ont donc le pouvoir inouï  d’améliorer notre santé, notre sérénité et notre bien-être au quotidien. ! Une  véritable trousse à pharmacie pour mieux dormir, être moins stressé, plus  concentré, moins en colère ou plus joyeux. 

 Chaque doigt possède sa fonction et son pouvoir au sein de notre  organisme. Lorsque l’on pratique les mudras, on crée avec nos doigts des formes  particulières qui soignent le corps et l’esprit. Certes les mudras ne remplacent  absolument pas un traitement médical mais en les pratiquant il est possible  d’agir sur un aspect de notre état d’esprit et sur notre corps pour soulager les  petits maux du quotidien. En énergétique chinoise, on considère que de  nombreux méridiens ont leurs points de départ ou d’arrivée dans les doigts. Par  exemple, les méridiens des poumons, de la circulation, et du cœur, se terminent  dans le pouce, le majeur et l’auriculaire. De plus, les cinq doigts correspondent  traditionnellement aux cinq éléments tout comme les méridiens ! Le pouce est  relié à l’élément Feu, l’index est relié à l’élément Air, le majeur est relié à  l’élément Éther, le Ciel, l’annulaire est relié à l’élément Terre et l’auriculaire est  relié à l’élément Eau. 

Voici quatre mudras simples que je pratique régulièrement ; à vous de chercher  celles qui vous conviennent et si vous avez envie d’en connaitre davantage sur  ces gestes sacrés, avant de trouver la personne qui pourrait nous faire une  conférence sur ce sujet, je vous suggère le livre de Locana Sansregret et  JulietteDumas « Mudras : Le yoga des doigts » 

Anjali Mudra ou mains de la prière. Les 2 mains rassemblées  représentent nos parts spirituelles et matérielles. Les énergies  solaires et lunaires sont ici rassemblées Depuis la crise  sanitaire, nombreux ont adopté ce signe d’accueil et de  remerciement des mains jointes sur le cœur, geste qui se  retrouve dans toutes les religions. Au quotidien, il invite à se  reconnecter à soi, de sourire à son cœur et de se concentrer  sur ici et maintenant. 

Chin Mudra Il s’agit sans doute de la  mudra la plus simple à effectuer, mais son efficacité sur le stress est sans pareille. D’abord, asseyez-vous par terre ou sur  un fauteuil. Assurez-vous d’être confortable et de garder votre dos bien droit.  Puis, amenez l’index et le pouce ensemble, bout à bout, paumes vers le ciel.  Déposez vos mains ainsi placées sur vos genoux. Respirez et prenez le temps de  ressentir l’effet de cette position sur votre corps, votre respiration et votre état  d’esprit. Cette  Mudra est très efficace, car elle permet à la respiration de s’approfondir et  devenir plus abdominale. Le fait de ramener la respiration vers le ventre aura un  effet apaisant. Vous vous sentirez donc plus calme et vos tensions s’apaiseront.  Les impacts de cette mudra sont donc directement reliés au stress et aux  émotions. En créant ce lien entre les différentes parties de votre être, vous  ressentirez la puissante énergie qui passe dans tout votre corps. 

Kanishta Mudra Anti-stress, régule la  tension artérielle, atténue les nausées, les  indigestions, régule le sommeil. Je la  pratique dès que je sens le stress arriver, elle  calme les pleurs des enfants et les nôtres également !  

Ksepana Mudra est  un geste sacré de la main ou «sceau», connu comme le  geste de lâcher prise. Il est utilisé comme un moyen de  drainer l’énergie négative et d’attirer l’énergie positive  ou « chi » Ksepana Mudra est particulièrement utile en  période de frustration ou de stress, et peut être un moyen  puissant de se débarrasser de tout ce qui ne sert plus. Il est  utilisé pour apaiser l’irritation et l’aggravation, ainsi que  pour renforcer les pensées optimistes ou positives. Après  avoir respiré avec la Mudra, relâchez les mains, les paumes tournées vers le ciel.  Cela permettra l’absorption d’énergie positive à la place de toute énergie libérée  pendant la pratique.  

Quel est pour vous le plus beau geste  des mains et des doigts ? Voici le  mien. « Tarjani Mudra » ouverture  du cœur. De la main de Dieu à la main  création de l’Homme. Deux index et  l’étincelle de la vie.

Michel Ange – La Création d’Adam – Chapelle Sixtine

Je souhaite que cette année exauce vos vœux et je vous attends, masquées, le 24  janvier pour notre première conférence de l’année. 

Amitiés Dynamiques, 

Chantal 

L’Angélus

Je remercie du fond du cœur les adhérentes présentes à l’Assemblée Générale et qui années après années nous renouvellent leur confiance. Nous avons été tellement touchées par vos compliments, vos remerciements, lors du « Brain Storming » animé par notre conférencière de rentrée Karine Baillet, la championne du monde du Raid. Brigitte a récupéré la feuille et nous vous enverrons une copie ! Merci à celles qui nous rejoignent pour la première fois, je suis très heureuse de les accueillir au sein de l’association. Je suis bien triste lorsque certaines nous quittent ou hésitent à nous suivre et j’espère très sincèrement qu’elles reviendront goûter au bonheur de partager des moments si précieux.
Adhérer à Littor’Elles c’est partager un Art de vivre, une élégance, une attirance esthétique et quelque chose de plus profond qui plus encore, aujourd’hui qu’hier, est un trésor. Souvent lors d’une ballade, nous retrouvons des sensations d’enfance, une « jolie colonie de vacances » ! Chacune de nos rencontres invite à convoquer l’enfant qui est en nous et qui a bien besoin que l’on s’occupe de lui et qu’on le câline. Nous jubilons devant un parterre de
fleurs, nous rions aux histoires de Dolly et nos repas sont des fêtes joyeuses.
Adhérer c’est plus que donner un chèque, tellement plus !!
Savourer le temps comme un bonbon dans l’attente parfois fébrile d’une journée exceptionnelle et pleine de surprises : la rencontre incroyable avec ma voisine dans le car, une émotion face à un tableau, un château où nous sommes accueillies comme des invitées privilégiées. Se retrouver lors d’une conférence ou d’une sortie en car, c’est se reconnecter aux sources de l’association (même pour les dernières arrivées), sa singularité, son univers esthétique, son passé, son imaginaire ; ce marquage de territoire fait la spécificité de notre groupe et passe par un style de propositions qui racontent une histoire et que vous validez par votre adhésion.
Qu’est-ce qui continue à me faire courir depuis 20 ans sur des chemins peu empruntés qui nous mènent à des destinations hors des sentiers battus et des circuits de grandes marques ? Se reconnecter à une certaine sagesse ? Ressentir l’urgence de « l’ici et maintenant» ? Comme le dit Oscar Wilde, « la beauté est dans les yeux de celui qui la regarde » ; j’éprouve sans cesse ce désir de beauté, ce magnétisme que dégagent certaines personnes, certains lieux. Lorsque je feuillette le site de l’Association, j’ai le vertige, tant de propositions les unes plus riches et plus originales que les autres ! Vraiment si vous êtes comme moi, je n’ai pas une seule fois regretté d’avoir passé une journée avec Littor’Elles, toujours ce fut magique, toujours une rencontre, toujours des émotions, quelle chance j’ai de vous avoir rencontrées !!

Vous qui sans cesse donnez de votre temps aux autres, chez nous on s’occupe de tout et vous ne pensez qu’à vous ! Quels que soient les accidents de la vie, si vous embarquez avec nous, nous vous apportons le souci du confort, l’attention au détail. Notre investissement constant procure aux adhérentes stabilités, quiétude, confiance et confort. Adhérer à Littor’Elles c’est passer par un trou de serrure comme Alice au Pays des Merveilles, pour atterrir dans un monde mystérieux et jamais ennuyeux ! Un voyage dans le temps et l’espace qui ne dure qu’une journée !
 J’ai mis au menu cette année comme premier thème le corps et l’art, magnifié par la peinture, la sculpture et la mode, exalté grâce aux parfums et aux bijoux. Depuis de nombreuses années, j ai pratiqué la danse. Le corps, comme dans les philosophies orientales il faut lui rendre grâce pour ce qu’il offre et permet. Qu’il s’agisse d’apprendre à danser ou d’apprendre à vivre, le principe est le même. Pratiquer signifie donner réalité en dépit de tous les obstacles à une vision, à une foi, à un désir. Tout cela est nécessaire si on veut accomplir quoi que ce soit de magnétique, de puissant, de significatif. Nous avons toutes un jour ou l’autre marché en équilibre sur un fil, le fil des circonstances et nous avons ressenti dans notre chair la force d’attraction de la pesanteur et choisi de ne pas sombrer. Parfois moi aussi, j’ai peur de marcher sur ce fil, peur de m’aventurer dans l’inconnu mais cela fait partie de ma vie, de la création et de l’action.
Après la conférence sur Rubens et les femmes dont les corps sensuels et parés sont la plus belle expression de l’Art Baroque, Christine nous propose une journée parisienne chez Dior et Rodin avec une halte à Little Japan pour le déjeuner. Le silence chez Millet, exposition que nous verrons à Lille, me donne le vertige. Faire silence, c’est écouter la respiration du tableau. Le peintre offre au corps la parole, miroir des joies et des peines du peuple des campagnes. Corps courbés, dissimulés sous de pauvres robes élimées ou des pantalons
boueux que le peintre décline à toutes les heures du jour comme pour reconnecter les spectateurs avec le travail manuel, l’humus, l’arbre et la vie.

Une recréation du monde, Millet est peintre de la Genèse. « L’Angélus » c’est mon quart d’heure quotidien de méditation, pour d’autres c’est la prière, et pour vous ?
Pour illustrer ce propos paysan, voici une histoire de vaches racontée par un moine bouddhiste Thich Nhat Hanh :
« Un jour où le Bouddha était assis dans la forêt, entouré de plusieurs moines, un paysan s’approcha. Ses vaches s’étaient enfuies et il demanda aux moines s’il les avaient vues passer. Le Bouddha répondit : « Non, nous n’avons pas vu passer vos vaches par ici, vous
devriez peut être les chercher dans une autre direction » Puis, quand le fermier fut parti, le Bouddha se tourna vers les moines, sourit et dit : » Chers amis, vous devriez être très heureux. Vous n’avez aucune vache à perdre »
Une pratique que nous pourrions faire en inscrivant les noms de nos vaches ! Est-ce que nous serions capables d’en relâcher quelques unes, peut être sommes nous persuadés que ces choses étaient cruciales et pourtant certaines d’entre elles peuvent être un obstacle à notre joie et à notre bonheur véritable. Un homme d’affaires allemand était venu à une
retraite de ce moine et entendant l’histoire des vaches échappées avait éclaté de rire. Comme le moine l’invitait à poursuivre sa retraite, il expliqua qu’il avait trop à faire. Mais le jour suivant, il était de nouveau assis parmi les autres retraitants. Il expliqua alors qu’il était à mi-chemin de l’Italie quand il avant fait demi- tour. Il avait été capable de relâcher une vache à laquelle il pensait devoir s’agripper et il en était très heureux ! »

 Suite au succès de notre premier concert flûte et harpe en Juin, nous vous proposons une deuxième soirée le vendredi 9 décembre. Notez bien la date. Nous avons invité une pianiste délicieuse, délicate et éclectique dans ses choix. Je pense sincèrement que vous serez séduits. La musique est une coïncidence entre nos souhaits, nos désirs, nos aspirations les plus secrètes, elle atteint notre soi le meilleur, le soi dépourvu d’Ego, ce fragment d’univers qui œuvre à travers nous pour le bien de tous. A un niveau spirituel on ne peut jamais connaitre la direction que la vie va prendre, ni en quoi un battement d’aile de papillon peut modifier notre destinée, ni comprendre le comment ou le pourquoi ! Nous devons nous
abandonner à l’incertitude tout en appréciant sa complexe beauté ; la musique comme la danse nous permettent d’entrer en communication avec la grâce enfouie au fond de nous pour atteindre notre âme. C’est cela mon projet Littor’Elles !

« La musique est un total de forces éparses. Elle reste une transposition sentimentale de ce qui est invisible dans la nature ? Rend-on le mystère d’une forêt en mesurant la hauteur de ses arbres ? N’est- ce pas plutôt sa profondeur insondable qui déclenche l’imagination ? » Claude Debussy

Chantal Bertrand

Miracle de l’Ephémère

Le temps est un patrimoine sur lequel on prélève sans jamais reverser. Il diminue continuellement sans qu’on ait la possibilité de le renouveler ou de le reconstruire. Lorsqu’il est échu, il est échu. On a l’étrange impression que plus les soucis alourdissent le quotidien plus le temps s’écoule de plus en vite. Si depuis plus de vingt ans, nous vous proposons des rencontres éphémères et exceptionnelles, c’est que notre association est toujours dans sa prime jeunesse ! Quel est ce miracle ?
Bonne nouvelle, la vie ne vieillit jamais, l’âge n’est pas l’envol des années mais l’aurore de la sagesse. Grâce à elle, on se débarrasse des vieilles structures mitées, des ornières et des faux concepts, on contribue avec joie intérieure au succès de ceux qu’on aime. Avec l’âge on réalise en quelques années beaucoup plus qu’au cours des années écoulées. Vous êtes d’accord avec moi ?
Faisons un rêve, voulez-vous ? Imaginez que vous possédez le livre de la vie ou plutôt les Sept Livres de la vie et que vous voulez les transmettre aux générations suivantes. Le premier livre traite du sens de la vie, du mystère de la naissance, ce qui croît plantes, fleurs, enfants et à quel point participer à la naissance de quelque chose de nouveau est source de bonheur.
Le second livre explique les phases de transition et de changements que chacun traverse, la nature a ses saisons, l’homme a ses âges. Et chaque époque de la vie passe par des phases de déclin et de renouvellement avec ses codes de comportements, avec ses espérances, ses réalisations, et ses déceptions. C’est le livre des cycles de vie : changements physiologiques, crises et ouragans traversés, souffrances psychologiques suivies de renaissances. Vous y trouvez les passages où vous avez planté et ceux où vous étiez déraciné, il donne aussi les remèdes pour guérir et se reconstruire.
Le troisième livre raconte les liens familiaux, sociaux, les relations complexes parfois douloureuses mais combien structurantes avec les autres. Accepter les différences qui rendent uniques et complémentaires. L’importance de l’amitié, des confidences, des échanges et autres relations sociales. Vous y trouver le traité de bienveillance, source de bien être et de confiance en soi et dans les autres.
Le quatrième livre souligne le plaisir de se renouveler, d’apprendre sans cesse, d’oser les décisions parfois difficiles, de faire preuve d’audace, d’acquérir maitrise, compétences et d’en retirer satisfaction et liberté. Terres et territoires inconnus, la vie est un champ d’exploration infini.
Le cinquième livre recèle un mystère celui des émotions, ce qui fait palpiter le cœur, trembler les jambes face au danger, couler des larmes de joies ou de tristesse. Dans ce livre se cachent des éclats émotionnels parfois imprévus et imprévisibles de votre part ou de la part des personnes de votre entourage. Vous percevez le pouvoir de ces magiciennes qui libèrent des forces étranges, obscures qui sommeillent dans un monde secret et la fin du livre révèle qu’elles sont de précieuses alliées qui dévoilent d’incroyables richesses.
Le sixième livre plus sombre avec sa couverture un peu moisie par le temps s’ouvre comme un éventail des pertes et des deuils, des séparations et des souffrances de l’abandon. Rien dans la nature ne naît pour durer éternellement, toute chose vit un temps déterminé durant lequel elle subit des transformations puis s’éteint.
Enfin le septième livre est blanc. C’est le livre de l’ici et maintenant, le livre de l’écoute de soi et des autres , de la nécessité de faire silence pour entendre l’intuition, comme un conseiller, un guide car la vie cherche à s’exprimer à des niveaux plus élevés et c’est l’exigence de l’âge que d’apprendre à écouter les impulsions de l’intérieur. On perçoit enfin qu’il faut laisser la place à l’imagination pour déceler les fabuleux pouvoirs de notre inconscient. Une présence infinie nous rend conscient avec l’âge de l’importance des murmures, des chuchotements et des rêves.
Et au moment où vous possédez ces manuscrits, un courant d’air et toutes les feuilles éparpillées ! C’est ainsi que j’ai écrit le roman de Littor’Elles. Ces ingrédients mixés sont la recette de notre réussite : sept livres parsemés tout au long de la journée, chaque sortie depuis plus de vingt ans, un condensé pour que chaque adhérente déguste dès la première minute la bienveillance, la douceur, la curiosité, l’audace, l’écoute, la puissance de l’instant, l’amitié avec un saupoudrage d’émotions et qu’elle y puise la force de se renouveler et d’embellir le quotidien.
Grâce à Anne, Brigitte, Christine, Dolly, et Noëlle qui me font confiance, je souhaite que vous puissiez partager ce doux plaisir de nos rencontres éphémères avec vos amies, car un trésor c’est comme un jardin au printemps, une fois en fleurs , les cerisiers du Japon, les pivoines, les azalées, les rhododendrons se referment et il faudra attendre une année pour les voir refleurir.

Ce trimestre, Brigitte vous propose trois expositions. Depuis le début, nous choisissons des visites dans la région afin de d’explorer la richesse de nos musées et de diversifier nos connaissances. Tout est organisé pour vous simplifier la vie et vous offrir des visites confortables et raisonnables. Quant à moi, je vous emmène le 4 juin aux environs de Bruges, à la rencontre d’un paysagiste renommé en Belgique. Il nous reçoit chez lui et nous serons accueillis par deux autres propriétaires qui ont fait appel à ses talents pour leur
jardin.
Merci pour ce miracle infini, merci pour votre enthousiasme et pour votre adhésion à nos programmes,
Avec mes amitiés,

Chantal Bertrand

Novembre 2021

      J’avais rêvé de Littor’Elles bien avant que l’association n’existe, puis j’ai rêvé de son expansion dans le Pas de Calais, j’ai visualisé  chaque sortie bien avant de l’organiser, bref mon imagination  a toujours été première,  c’est elle qui me conduit et me guide vers mes désirs et mes réalisations. Depuis le mois de mars, nous n’avons plus l’occasion de franchir ensemble la porte d’un musée, d’aller au concert, au théâtre, à l’opéra  mais rien n’empêche de rêver, de ressentir la puissance d’une émotion musicale, la douceur d’une voix, la volupté d’un regard, la puissance d’un échange, bref de vivre  les pieds sur la terre et la tête qui touche les étoiles. Rien n’empêche de faire entrer le théâtre, le cinéma, la musique chez soi. J’aimerai dans ces quelques lignes  partager avec vous la puissance des rêves  et la joie  de  transformer le quotidien en espace  de liberté et de créativité.  Réfléchissez à tout ce qui est nouveau, à toutes les possibilités dont nous disposons pour échanger, pour garder le contact, se former, se réunir dans un salon ou un bureau virtuel, les avantages du  télétravail et pas seulement les inconvénients.  

  Grâce à ces nouvelles technologies, aux multiples applications  qui nécessitent le discernement, j’ai la conviction que nous avons reprogrammé  notre  ordinateur cérébral, une cure de rajeunissement de la mémoire, une gymnastique intellectuelle  afin de trouver en soi et autour de soi les compétences indispensables  pour rester en contact.  Par exemple, les  cours de gym et yoga sur son téléphone portable, les web conférences, les « Zoom » professionnels ou privés, je pratique même des séances d’hypnose par vidéo ce dont je ne m’aurai pas  senti capable il y a quelques mois et j’ai trouvé dans ce nouveau rythme, dans ce temps que je modèle  comme un sculpteur et qui m’a été imposé, l’énergie et le  dynamisme indispensable à mon équilibre physique et psychique.…

  Et vous, que faites-vous de nouveau, de différent  depuis mars ? Comment avez-vous renouvelé votre vie personnelle ou professionnelle ? Quels en sont les bénéfices ? Partagez  vos expériences en écrivant un petit mail à notre chère Brigitte. Gardons le contact en attendant le retour des beaux jours. 

« I have a dream » Pasteur Martin Luther King

       Plus le temps passe et plus je rêve d’un voyage en Italie, de la  Chapelle Sixtine, de ce toucher délicat qui insuffle la vie, je rêve de me balader sans masquer mon sourire, de cette liberté de sortir  dont je suis privée, de ce bisou sur la joue d’un enfant ou d’un petit enfant, de cette main tendue que je voudrai serrer comme le signe de l’alliance avec l’autre qui ne serait  ni mon ennemi ni mon plus grand  danger, je rêve enfin de ce jour où nous nous retrouverons ! Je rêve surtout d’un monde apaisé, renouvelé et en respectant les consignes de confinement  je fais passer l’universel avant le particulier.  En ce mois de novembre où la nuit  prend possession de la lumière, où le chaos qui nous encercle est source de grande angoisse, je m’interroge.  Comment m’élever hors de ces messages répétitifs et anxiogènes ? Comment habiter  ma solitude ?  Où trouver la force de croire en des jours meilleurs ?  Si j’affirmais que je suis déjà ce que je souhaite être et que je vive en cohérence avec cette affirmation, qu’est-ce que cela changerait en moi et autour de moi ?  

            Notre imagination implique des émotions, des sensations, des sentiments ferments de la création, une oasis dans le désert vers laquelle mon avenir est en marche et cette discipline engendre la renaissance, développe la créativité, enrichit mes capacités, apporte la joie et la  grandeur ainsi j’aspire à faire de mon futur, un présent.

         

Chères amies, 

Avons-nous  d’autres choix que d’ouvrir la porte à l’imagination pour éviter de sombrer dans la tristesse, elle est, en Nous, elle  est, Nous.  Ce souffle de vie qui règne au plafond de la Chapelle Sixtine c’est le mien, le vôtre, respirez  cette puissance créatrice qui se cache  au fond de votre cœur, une énergie aussi puissante que celle qui a créé l’univers.  Il n’est pas de création qui n’ait d’abord été réalisée en rêve, il n’est pas de réalisation qui n’ait  été visualisée en imagination.   

           Tout ce que vous aimeriez faire dans la réalité, faites- le d’abord en imagination et vous finirez par le faire dans la réalité. Avez-vous déjà remarqué que vos désirs les plus puissants finissaient par se réaliser ?        

Pour conclure ce texte de novembre, quand le moral s’affaisse  en fin de soirée ou en fin de semaine,  testez  ce petit exercice de méditation et visualisation emprunté aux yogis, il est juste magnifique. Soyez le peintre de votre vie. Vous pouvez adapter cette méditation en la personnalisant; en allumant une bougie de la couleur choisie, en accompagnant l’instant d’une musique calme, d’une image évoquant la couleur choisie ou d’un objet qui vous fait du bien. – Les couleurs auront plus d’impact sur vous, si vous adaptez ce moment selon votre personnalité. – Les effets d’une visualisation des couleurs sont immédiats. Ils ont des répercussions positives sur tout votre corps énergétique et physique, -à condition que vous utilisiez cette technique dans le respect de vos besoins, en relation avec les désirs profonds de votre cœur.

  • Fermez les yeux et choisissez un mot positif qui est essentiel pour vous au moment où vous faites cette visualisation.  : harmonie, santé, confiance… 
  • Répétez ce mot trois fois  en inspirant lentement jusqu’à la tête comme si une auréole se formait au- dessus de vous, une lumière qui inonde tout le corps et à l’expiration de la tête aux pieds.         L’image que chacune des cellules du corps entende ce mot et l’intègre.  
  • Puis colorez cet écran de la couleur du mot, prenez un pinceau et allez-y, peignez tout l’écran.  Approchez cet écran jusqu’à ce que la couleur pénètre en vous. Vous devenez la couleur et vous prenez toutes ses qualités.  

Rouge. Le rouge se dit rassurant, chaleureux, triomphant. Le rouge apporte persévérance et détermination. Il aide à la circulation du sang, la santé de votre cœur, la santé de vos os, mais aussi votre circulation énergétique. 

 L’Orange, La couleur orange stimule la chaleur, la vitalité, la motivation, la concentration. L’orange apporte la bonne humeur, l’optimiste, le dynamisme et l’ouverture d’esprit. On l’associe à la créativité et à la concrétisation d’idée. C’est notre ossature.      

 Jaune ou doré: Associé au soleil, à la lumière, le jaune apporte l’optimisme, la force, la confiance en soi. Le jaune est lié à la joie, la fête, la chaleur. Cette couleur représente le rayon du plexus solaire. 

 Bleu clair ou turquoise: C’est une couleur étroitement liée au rêve, à la sagesse et à la sérénité. 

 Le bleu est l’écho de la vie, du voyage et des découvertes.  C’est le rayon de la parole.  Il est relié à la gorge et aux voies respiratoires.       

Vert ou émeraude: Le vert  nous harmonise avec l’énergie naturelle de la planète, tonifie, rafraichit l’esprit. Cette couleur apporte la chance, l’espoir, la stabilité et la concentration. Le rayon énergétique du vert est celui du cœur.    

Bleu violet ou indigo: Couleur de la douceur et du rêve, elle nous reconnecte à la source spirituelle divine. Le violet possède un fort pouvoir de guérison. Cette couleur apaise l’esprit, ainsi que tout le corps et apporte la sérénité. Le violet est relié au troisième œil.

Un bisou charismatique et énergétique à chacune d’entre vous,

Chantal H.Bertrand